France

La Rochelle et son archipel, le paradis des marins

By , 10 April 2014

Envie d’îles, de balades en bateau et de promenades les pieds dans le sable ?

Nul besoin d’aller jusqu’en Grèce ou dans la Caraibe pour naviguer entre différents îlots. Les îles charentaises forment un archipel et renferment une véritable mer intérieure, “une petite Méditerranée” qui se réchauffe facilement et garantit donc de très bonnes conditions climatiques: alors, pourquoi ne pas redécouvrir la Rochelle et son archipel ? 

C’est parti !


La Marina de La Rochelle


La Rochelle et ses remparts

Entrée du port de La Rochelle © ollografik via Flickr

Réputée pour sa qualité de vie, La Rochelle vit au rythme des marées et de la Grosse Horloge (encastrée dans la tour gothique d’une des portes de la ville).

La ville se distingue par les remparts et les tours qui l’entourent, qui marquent l’entrée de la marina de La Rochelle, et semblent protéger ses habitants telle une forteresse.

Vieux port de la rochelle

La tour Saint Nicolas et la Tour de la Lanterne © Céline via Flickr

Dressées face à l’Atlantique, les trois tours de La Rochelle sont les plus importants vestiges des fortifications maritimes médiévales. La Rochelle a d’ailleurs demandé le classement du Vieux-Port et des tours sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

La tour Saint Nicolas et la tour de la Lanterne guident les nombreux bateaux qui décident d’ammarer dans le Vieux-Port de La Rochelle ; tandis que le port des Minimes, le port de plaisance, est un des plus grands de France.

La marina de La Rochelle de nuit

© by Hervé via Flickr

De nuit, la marina se transforme et se pare d’atours romantiques. Les tours et la Grosse Horloge s’illuminent et se reflètent dans l’eau qui fait des va-et-vient contre les voiliers qui grincent doucement.

Les nombreux restaurants qui bordent l’eau ne désemplissent pas. Une valeur sûre pour un restaurant romantique mais authentique: André, mais attention toutefois aux prix légèrements élevés.

 


La traversée pour l’île de Ré


carte de l'île de Ré

© Google Maps

Un autre avantage dont dispose La Rochelle : le pont qui relie la ville à la fameuse Ile de Ré.

Il existe de nombreux bus payants pour s’y rendre. Pour emprunter le pont en voiture, sachez qu’il faut payer un péage dont le prix varie en fonction de la saison. Je vous conseille alors d’y aller en vélo si vous le pouvez : c’est gratuit et vous profiterez bien plus des charmes de la traversée et de l’Île de Ré !

Pont de l'île de Ré

Le pont reliant La Rochelle à l’Île de Ré © Francis via Flickr

Si vous avez une petite faim avant d’emprunter le pont, vous pourrez vous arrêter au Coquillages et Crustacés, qui comme son nom l’indique l’établissement se spécialise… dans les fruits de mer.

Le cadre est sympa, et les recettes alléchantes, comme un croustillant de sardines au chorizo et son caviar d’aubergines ou des palourdes farcies au beurre d’ail et chapelure de noisettes. Ce restaurant se situe dans le Port du Plomb, à quelques pas de la zone ostréicole.

port de l'île de Ré au coucher du soleil

Le port de La Flotte en Ré, à l’Île de Ré © Francis via Flickr

Pour les chanceux marins, il vous suffira d’ammarer dans le petit port de La Flotte en Ré pour rejoindre l’Île de Ré, et alors profiter de ce que l’île peut vous offrir. Balades et tranquilité sont à l’honneur sur ce bout de terre salé.

 


Cap au Sud-Ouest pour l’Île d’Aix


carte de l'ile d'Aix

© Google Maps

Si géographiquement on est bien loin de la côte méditerranéenne, avec ses petites criques et son eau bleue marine, l’Île d’Aix s’y substitue à merveille.

Allée fleurie à l'ile d'Aix

© alkainel via Flickr

Le tourisme y exerce une importance économique primordiale, stimulant alors certains particularismes insulaires, comme l’absence de trafic routier. Sympa non ?

En effet, la circulation automobile y est interdite (à l’exception de véhicules utilitaires si vous y tenez vraiment) ce qui en fait une destination fort appréciée des amoureux de la nature et des amateurs de tranquillité. 

Phare - Ile d'Aix

Phare de l’Île d’Aix © alkainel via Flickr

Autre particularité, le phare de l’île d’Aix fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 15 avril 2011.

 


Haut-fond à l’île d’Oléron, “La Lumineuse”


carte de l''île d'oléron

© Google Maps

Après la petite île d’Aix et un passage obligé au Fort Boyard qui s’en trouve tout proche, nous voici à l’île d’Oléron.

Cette île est la plus grande des îles Charentaises avec plus de 22.000 habitants permanents. Elle est surnommée “La Lumineuse” grâce à son taux élevé d’ensoleillement.

Vieux Port de l'île d'Oléron

Petit port de l’île d’Oléron © Pierre LANNES via Flickr

Si Saint-Pierre-d’Oléron est aujourd’hui la capitale géographique de l’île, le Château-d’Oléron demeure la capitale historique de l’île, où vivent les Casteloléronnais (un peu dur à prononcer, c’est vrai).

Et son charmant petit port sert surtout aux pêcheurs qui fournissent les restaurateurs du port en poisson frais tous les jours.

Le Fort Louvois - île d'Oléron

Le Fort Louvois près de l’île d’Oléron © Lionel Maraval  via Flickr

Lors de votre escapade à l’île d’Oléron profitez-en pour visiter le surprenant Fort Louvois, le petit frère du Fort Boyard, uniquement accessible à marée basse.

 


La mer, le sel et les huîtres : trésors des îles charentaises


Les îles charentaises, si proches les unes des autres, ont mis leur atout en commun: la mer, et se sont alors spécialisées dans la culture des huîtres et la récolte du sel.

Ostréiculture en Charente Maritime

Ostréiculture © SuperCar-RoadTrip.fr via Flickr

Les îles charentaises produisent trois variétés d’huîtres : la spéciale de clair, la fine de clair et les fines.

Les ostréiculteurs rétais sont d’ailleurs particulièrement fiers de leurs huîtres, qui arrivent à maturité au bout de 3 ans et se dégustent comme un bon vin, chacune ayant son goût particulier.

cabane pour pêcheurs d'huîtres - Charente Maritimes

Cabanes d’ostréiculteurs © Monique Pinguilly via Flickr

En parlant de vin saviez-vous que l’île de Ré produisait du vin? J’en parlerai un peu plus tard, mais pour en revenir aux huîtres, si un jour vous vous baladez sur ces îles, vous verrez des petites cabanes colorées qu’utilisent les ostréiculteurs.

Les cabanes inutilisées ont d’ailleurs été réhabilitées et rénovées pour accueillir des artisans locaux.

Production de sel - Ile de Ré

Production de sel à l’île de Ré © thierry llansades via Flickr

Les îles charentaises sont aussi de grandes productrices de sel, un or naturel de la région.

Le sel se récolte en été, lorsque la fleur de sel est cueillie à la surface de l’eau avec une lousse à fleur, en fin d’après-midi. Pour la récolte du gros sel, qui se récolte le matin ou le soir, c’est un simoussi qui est utilisé, pour le rassembler dans l’eau, et un souvron pour remonter le sel sur le chemin et en former de petites pyramides.

D’ailleurs, être saunier c’est avant tout détenir le secret de l’eau, car la mise en eau des bassins est bel et bien un savoir-faire transmis par les plus anciens.

 


Les «vignerons de l’île de Ré»


Vignes de l'île de Ré
Vignes de l’île de Ré © Hailé F via Flickr

Principalement plantés dans le sud de l’île, les 650 hectares de vignes produisent 35 à 40 hectolitres de vin par hectare, soit environ 2 millions de cols par an, ce qui est un très bon chiffre pour une île ! Cette surface se répartit pour moitié en cépages noirs et blancs-merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, négrette, chardonnay, sauvignon et pour moitié en ugni blanc, un cépage spécifique destiné à la fabrication du cognac.

Vins tranquilles ou pétillants, mais également cognac et pineau sont ainsi élaborés par la Coopérative des vignerons de l’île de Ré.

 

À la recherche de détente et de dégustations de produits typiques, de balades à vélo ou en bateau, La Rochelle et les îles d’Aix, d’Oléron et de Ré auront tout pour vous satisfaire et vous convaincre que le Poitou-Charentes est une belle région !

Trouver mon hôtel à La Rochelle >>