MondeNature

Le Sri Lanka, de Kandy à Nuwara Eliya par la route du thé

By , 11 avril 2014

Anne et moi créons des photopoèmes de nos différents voyages. Et comme nous avions envie de vous faire partager nos plus belles aventures, nous avons créé des carnets de voyage intitulés, On A Trop Aimé Ou Presque.

Nous étions à Kandy en plein cœur du Sri Lanka

Paysages de montagne au Sri Lanka

…lorsque nous avons rencontré Ali et son fils, guides et transports de voyageurs. Oui. C’est comme ça qu’ils se sont présentés. Ils guettaient les touristes près de la gare ferroviaire. Nous étions venus à Kandy pour effectuer un reportage photographique sur le temple de la dent de Bouddha, haut lieu de pèlerinage bouddhiste inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

 

Les plantations de thé ne sont pas très loin de Kandy.

Vue ensoleillée d'une plantation de thé à proximité de Kandy au Sri Lanka

Nous voulions emprunter la route du thé jusqu’à Nuwara Eliya et faire étape dans cette ville. Nous avons demandé à Ali et son fils s’ils pourraient nous accompagner à Nuwara Eliya par la route du thé. Passer la journée à observer les somptueux paysages du centre, visiter une fabrique et acheter du thé. Oui, c’est possible, nous ont-ils dit en balançant la tête de droite à gauche ! Avant de conclure l’affaire, nous avons négocié le tarif assez longtemps et parlementer sur l’horaire de départ.

Le lendemain matin, ils nous récupéraient devant notre hôtel. Ils avaient un vieux van blanc Toyota. Ils étaient souriants et gentils. Ils s’arrêtaient régulièrement pour que l’on fasse des photos. Ils parlaient lentement pour que l’on comprenne tout. Oui. Mon Anglais étant,  hélas, loin d’être irréprochable. Mais enfin, j’arrivais tout de même à me faire comprendre et à comprendre l’essentiel de ce que l’on me disait. Bref. Avant d’emprunter la route qui grimpe jusqu’aux plantations, on s’est arrêté devant un autel. Ali est sorti pour prier et a déposé des offrandes. La Sainte patronne de la route trônait. Oui. Prières et rituels. Je ne savais pas si cela devait me rassurer. On est partis. À la sortie de Kandy, on a tourné à gauche…

 

Et la route s’est mise à grimper.

Route grimpant sur la montagne vers les plantations de thé au Sri Lanka

Au loin, les montagnes. Il paraît qu’il fait froid là-haut, qu’il pleut et qu’il y a du brouillard. Difficile de le concevoir quand on vient de passer plusieurs journées à 35° de moyenne. Le van avançait. La terre devenait ocre. Le vert plus profond. Les gens plus habillés. Au détour d’un virage, j’ai vu les champs de thé. Incroyables champs de thé où les chemins d’accès des cueilleuses forment des figures géométriques. Tout un flanc de montagne dédié à la culture du thé. En face, des chutes d’eau, la nature sauvage et quelques villages isolés s’illuminent par intermittence, selon la volonté du soleil de trouer les nuages.

 

La route glisse à présent à travers les cultures.

Route serpentant dans une plantation de thé au Sri Lanka

Sur les aires de repos que sont les parkings improvisés, des vendeurs proposent presque tout. On a acheté des sandwichs et de l’eau. Partout l’odeur forte de cette terre ocre régulièrement arrosée par la pluie. Au loin, les champs vert foncé sont marqués par des points de couleur. Les cueilleuses et leur sac en plastique dans lequel elles déposent les feuilles qu’elles ramèneront plus tard à la fabrique.

D’un coup le temps se couvre. On est en altitude. Du brouillard. Plus froid. Des gouttes d’eau sur le pare-brise. On s’est arrêté pour visiter une fabrique. De grandes baies vitrées s’ouvrent sur les champs. Les cueilleuses sont là. Comme un îlot en plein océan. On visite. Les machines. Le tri des feuilles. Les différentes sortes de thé. Une boutique. On nous offre le thé. J’appuie mon front contre la baie vitrée. Des voix lointaines.

 

Les cueilleuses de thé m’ensorcellent.

Cueilleuse de thé au Sri Lanka